Abdellatif Ouahbi, choses publiques et petits arrangements

Par Fatym Layachi

L’année a bel et bien commencé. Ça y est. On est en plein dedans. Le boulot a totalement repris. Tu ne peux plus t’échapper du bureau à 16 heures en toute impunité et sans même avoir mauvaise conscience. Zee ne te propose plus d’improbables soirées dès le mardi, elle ne t’envoie même plus tes prévisions astrologiques de l’année, c’est dire à quel point c’est la reprise, si même elle ne glande plus en scrollant son écran. Les fêtes te semblent bien loin. Les bons sentiments, les goûters avec galettes et les bulles à toute heure te semblent totalement révolus. Tu te dis qu’il faudra attendre l’année prochaine pour retrouver ces joyeux concepts. Là, c’est clairement la reprise. Et ce n’est absolument pas encore le moment de penser aux prochaines vacances. Heureusement qu’il y a les soldes. Ça va te permettre de dépenser trop de fric sans avoir trop mauvaise conscience puisque c’est en soldes, c’est forcément une bonne affaire. Et puis c’est aussi la reprise des petits scandales et des grosses polémiques. Celle du moment concerne le ministre de la…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés