Une injustice ordinaire

Par Réda Dalil

Mon fils a décroché deux licences au Canada, son père est riche, il peut se le permettre”. Interrogé sur les résultats litigieux du concours d’accès à la profession d’avocat, le ministre de la Justice a tenu des propos qui ont déchaîné une colère sourde. À l’annonce des résultats d’un concours où seuls 2000 candidats ont été retenus sur plus de 70.000 aspirants, soit 2,5% de taux de réussite, une intense polémique s’est déployée autour d’une série de points suspects. Premier point : la nature même de l’examen qui, pour la première fois et sur décision du ministre, a pris la forme d’un QCM (questions à choix multiples) au lieu des traditionnelles dissertations, conçues pour évaluer le style argumentatif des plaideurs en herbe. Ensuite, la physionomie de la commission de contrôle de l’examen, composée de cadres du ministère et de membres du barreau. Ceux-là mêmes qui s’étaient auparavant insurgés contre le concours, l’ont finalement supervisé. Enfin, la liste des personnes retenues, qui comprend une série de “fils de”. Plus grave encore, si l’on en croit Hespress, le nom d’un…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés