L’impossible n’est pas marocain

Par Réda Dalil

C’est une année qui finit bien. Le parcours épique de l’équipe nationale en Coupe du Monde a remis du baume au cœur des Marocains. Après une entame de 2022 chaotique, il a fallu attendre le mois de novembre pour entrevoir une embellie. Et quelle embellie ! En quelques semaines, les prouesses des Lions ont effacé des mois d’actualités mortifères. Guerre en Ukraine, explosion des prix des carburants, inflation galopante… par la voie d’une équipe au talent exceptionnel, portée par une baraka inouïe, le Maroc a respiré de nouveau. Il a retrouvé une fierté enfouie sous un magma de frustrations et de manques. Conquérants mais modestes, les Lions de l’Atlas ont donné une leçon d’humilité au monde entier. Leur style de jeu et la philosophie du coach Regragui, mélange de résilience et de bonne foi, ont partout charmé. Digne d’un documentaire Netflix, leur épopée est désormais gravée dans l’histoire. Elle aura pour point d’orgue un défilé populaire d’une ampleur sans précédent, et, surtout, d’une organisation qui ont fait l’admiration de tous. La réception de l’équipe au palais royal a fortement résonné…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés