Momo : “L’Boulevard, ce n’est pas ‘juste’ un festival”

Smyet bak ?

Ali.

Smyet mok ?

Fatima.

Nimirou d’la carte ?

BE612733.

Les festivals ont repris depuis quelques mois à peine, et à la fin septembre quatre événements se chevauchent : Tanjazz, Moga, L’Boulevard et Oasis. Vous n’auriez pas pu vous organiser pour permettre aux gens d’aller à chaque festival?

Ça ne me dérange pas, parce que ce n’est pas le même public. Tu vois le public du Boulevard à Tanjazz ?

Pourquoi pas ?

Nous, on a un public qui va dans des festivals certes, mais qui ne peut pas forcément payer une place.

Vous avez lancé L’Boulevard il y a 23 ans, et dans la foulée le mouvement Nayda. On n’a pas un peu exagéré sa portée ?

“On est un festival de musiques marginalisées, point”

Momo
On n’a jamais dit qu’on avait inventé quoi que ce soit, c’est les autres ! On est un festival de musiques marginalisées, point.

Parce qu’elles sont encore marginalisées ces musiques ?

Oui, le metal l’est encore. Le hip hop un peu…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés