Catastrophe nucléaire et barrages routiers

Par Réda Allali

C’est avec une certaine angoisse que Zakaria Boualem a appris que le Maroc, dans un de ces gestes pleins de panache dont il est coutumier, envisage d’investir dans l’énergie nucléaire. Oui, les amis, on parle de construire une centrale nucléaire, c’est une information prodigieuse. On lui a expliqué un peu partout que c’était une très bonne idée, puisque tout le monde sait que l’énergie nucléaire est moins chère à produire. Il a bien compris cet argument, mais allez savoir pourquoi, il doute que cette baisse de prix lui profite. Depuis qu’il est sur terre, tout ne fait qu’augmenter. Il est incapable de vous expliquer pourquoi, mais le fait est là : il n’y a jamais de baisse, nulle part. Tout augmente, toujours. Les frais de scolarité, l’essence, les mètres carrés, la tomate, la liste est infinie. On ne voit pas très bien comment l’énergie pourrait baisser de prix. Il soupçonne donc, le bougre, que cette baisse de coût de production énergétique profitera à une poche qui, comme c’est souvent le cas, ne sera pas la sienne. Il n’y a…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés