Sur la hausse des prix des livres scolaires, le gouvernement joue la montre

Les manuels scolaires du primaire et du secondaire de la rentrée prochaine devraient être affectés par la flambée des prix actuelle. Mais si le gouvernement confirme une prochaine hausse, le chiffre de 25% annoncé par les éditeurs n’a pas encore été validé. Une simple question d’agenda ?

Par

La Fédération des associations de parents d’élèves estime que le ministère de l'Éducation nationale devrait contrebalancer la hausse des prix en réduisant le nombre de manuels scolaires, “dont la liste ne cesse de s’allonger.” Crédit: MAP

L’affaire fait polémique à trois mois de la rentrée scolaire. Après que les éditeurs ont évoqué une augmentation des tarifs (jusqu’à 25 %), le ministre de l’Éducation nationale Chakib Benmoussa a réagi ce lundi 6 juin. Invité du forum de la MAP à Rabat, ce dernier a notamment déclaré que la hausse prévue “répond aux revendications des éditeurs nationaux, compte tenu de la hausse du prix du papier sur le marché mondial”. Le ministre a souligné la nécessité de trouver “des réponses” à ce problème “afin d’assurer leur disponibilité lors de la prochaine rentrée”, rappelant que 70 % des manuels destinés au primaire sont financés par l’État, via l’initiative royale “Un million de cartables”. Benmoussa a également insisté sur la “préférence nationale” dans l’édition, tout en appelant les éditeurs à “faire un effort…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés