Très chères vacances au Maroc

Par Fatym Layachi

Ça y est, tu t’es débarrassée de ce Covid, de cette dégaine improbable que tu as traînée pendant une semaine, de ce pull à capuche dans lequel tu as macéré et de cette quasi permanente envie de dormir. Ta vie a repris son rythme normal. Tu n’as plus constamment la tête dans le poisson. Maintenant, tu as la tête dans les vacances. Et tu n’es pas la seule. C’est même plutôt de saison, comme on dit. Autour de toi, tout le monde ne parle que de ça. Tes collègues s’organisent pour jongler entre les jours fériés et prendre un maximum de vacances possibles en posant le minimum de jours. Ton cousin a déjà booké dix jours de fête sur son île préférée. Ta mère fait chauler la maison de la plage et angoisse pour ses hortensias. Le jardinier lui a envoyé des photos et des notes vocales sur WhatsApp. Les températures caniculaires du printemps ont rendu ses fleurs toutes rabougries. Elle ose même parler de réchauffement climatique. Elle est presque convaincue d’être écolo. Elle est à deux doigts de se…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés