“Si nous augmentons la dette de 2 ou 3 % pour faire 6 % de croissance, pourquoi pas ?”, répond un membre de la CSMD au FMI

Dans son dernier rapport sur le Maroc, le FMI a exprimé des doutes quant aux ambitions du Nouveau modèle de développement, semant l’étonnement au sein de l’administration. En off, un membre de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) nous propose sa lecture du rapport et revient sur les réformes que le gouvernement peut immédiatement actionner pour coller au NMD.

Par

Etonnant. Au sein de l’administration, cet adjectif revient souvent pour décrire le dernier rapport pays du FMI au titre de l’article IV. Début mars, l’institution de Bretton Woods a en effet jeté un pavé dans la mare, en se montrant sceptique au sujet des ambitions portées par le Nouveau modèle de développement. « Si le rapport sur le nouveau modèle de développement se fixe des objectifs très ambitieux, il n’en demeure pas moins important de rester réaliste quant à l’impact des réformes sur la création de richesse », estime le staff du bailleur de fonds. Le FMI pointe la relative décorrélation entre les objectifs de croissance du NMD et le financement nécessaire à leurs réalisations. L’inquiétude du fonds résiderait dans le…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés