Pourquoi nous allons gagner la CAN par le Boualem

Par Réda Allali

Salut à vous les amis. C’est un Zakaria Boualem détendu qui vous reçoit cette semaine, souple sur ses appuis et insensible à la sinistrose. C’est du moins ce qu’il prétend, pour faire bonne figure devant vous. Depuis que nous sommes tous, sans exception, cas contacts, il se sent mieux hamdoullah. Il est inutile de gesticuler, nous allons tous y passer. Ajoutez-y qu’il a découvert l’existence hypothétique d’un certain variant deltacron, produit de la synthèse de delta et d’omicron, et il a aussitôt lâché les armes. Parce que si ces virus se reproduisent entre eux comme des créatures des abysses, cela signifie que nous avons basculé dans un film d’horreur, les amis, il n’y a plus à lutter. Il convient au contraire de se concentrer sur ce que nous offre l’actualité comme bonnes nouvelles, sans plus attendre. La plus importante est tombée lundi dernier, en début de soirée : le Maroc a battu le Ghana et entamé sa CAN dans la gloire et la félicité. Nous sommes donc lancés tel un TGV vers les lumières du triomphe, c’est incontestable. Je vous…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés