Poursuivi par le ministère de l’Intérieur, Mohamed Ziane réfute onze accusations

Le procureur du roi près le tribunal de première instance de Rabat a décidé le 30 novembre de poursuivre Mohamed Ziane pour onze chefs d’accusation. L’ancien bâtonnier et ministre des Droits de l’Homme dit “tout ignorer” des faits portés contre lui.

Par

Mohamed Ziane au Tribunal de Casablanca, le 5 avril 2018. Crédit: Fadel Senna / AFP

En se rendant mardi 30 novembre au tribunal de première instance de Rabat pour répondre à une convocation, Mohamed Ziane en est sorti avec pas moins de onze chefs d’accusation. L’avocat et homme politique de 78 ans est désormais poursuivi en état de liberté pour “insulte à la magistrature et aux agents publics dans l’exercice de leurs fonctions par des propos et des menaces, dans l’intention de porter atteinte à leur honneur, à leurs sentiments et au respect de leur autorité”, “injure contre un corps constitué”, “profération de déclarations dans l’intention d’influencer des décisions du pouvoir judiciaire avant prononciation d’une décision qui ne peut faire l’objet d’un appel”, “outrage à des décisions judiciaires”, “diffusion d’allégations contre une femme en raison de son sexe”, “propagation d’allégations mensongères dans l’intention de diffamer des personnes via des systèmes informatiques”. Il a été également…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés