Réforme de l’ONCF, ouverture à la concurrence : comment le Maroc veut révolutionner le ferroviaire

Dossier prioritaire pour le prochain gouvernement, la réforme de l’ONCF a pour but de séparer l’infrastructure ferroviaire de l’exploitation. À plus long terme, la CSMD propose également de miser sur le fret et d’ouvrir le chemin de fer au secteur privé.

Par

ONCF

C’est une réforme qui va révolutionner le secteur ferroviaire marocain. Le projet de restructuration de l’ONCF, initié en 2019 par le ministre des Finances Mohamed Benchaâboun, vise à redéfinir le rôle de l’entreprise publique et son champ d’activités. Cette réforme est “dans sa dernière ligne droite” et sera “un des dossiers prioritaires du prochain Exécutif”, nous confie Abderrahmane Semmar, directeur des entreprises publiques et de la privatisation au ministère des Finances. Mais au-delà des aspects financiers et techniques, la réforme de l’ONCF s’inscrit dans une vision plus globale, tracée par le Nouveau modèle de développement (NMD).

EPIC ONCF et ONCF SA

Objet d’un protocole d’accord signé avec l’État en juillet 2019, la réforme du secteur ferroviaire est censée “permettre la lisibilité des périmètres portés aujourd’hui par l’ONCF et…

article suivant

Cannabis : les recommandations du CESE à l’épreuve des réalités socio-économiques