Lahcen Kabiri : “Les oasis sont en crise et tendent à disparaître”

Les incendies qui ont ravagé les palmeraies des régions de Errachidia et Zagora cet été posent des questions sur l’avenir de ces patrimoines exceptionnels. Le point avec Lahcen Kabiri, professeur universitaire en géoscience et environnement à la Faculté des sciences et techniques d’Errachidia.

Par

l’oasis de Tighmert
Des élèves sur la route de l’école dans l’oasis de Tighmert, en septembre 2020. Crédit: KOZ Collective

En 2019, l’ONG Greenpeace tirait la sonnette d’alarme sur le devenir des oasis au Maroc. Celle de la région de Drâa-Tafilalet, sur la vallée du Drâa moyen, est une oasis fortement menacée par sa vulnérabilité environnementale. Située entre le Haut Atlas central et l’Anti-Atlas oriental, la vallée du Drâa pâtit d’un climat aride lié à sa proximité avec le désert. Ce patrimoine de l’UNESCO fait aussi face à une grande vulnérabilité sociale de par la crise économique et l’exode rural qu’elle entraîne. Le délaissement progressif de ces terres aurait tendance à accélérer le processus de désertification et de changement climatique. Éclairage avec le professeur en géoscience et environnement Lahcen Kabiri, qui est également directeur de l’association Oasis Ferkla.

TelQuel : Quelles sont les causes des derniers incendies dans la région ?

Lahcen Kabiri : Une des premières causes, c’est l’irrégularité…

article suivant

Harcèlement sexuel à l’université de Meknès : échantillon d’un système qui peine à protéger les étudiantes