À Cabo, rien de nouveau

Par Yassine Majdi

Rien ne pourrait les priver de ce moment de l’année. Il s’agirait presque d’une tradition. Depuis ces villas, l’eau de la mer paraît si belle. À quelques encablures du spectacle offert par les vagues, certains boivent leur verre de rosé frais en toute quiétude. Après tout, il n’y a pas de souci à se faire, les voisins sont quasiment les mêmes depuis plus d’une décennie. Ce n’est pas Cabo San Lucas mais presque. A Cabo Negro, la présence est de plus en plus régulière au mois d’août. Certains ont fait l’impasse sur la Costa del Sol malgré son jamón et sa cerveza. A vrai dire, le sud espagnol est presque devenu un “plan B” pour les habitués de Cabo en cette période de l’année. La pointe nord du pays rassemble le who’s who rbati et casaoui malgré l’absence des politiques. Eux sont en campagne ou affirment l’être. Bon nombre d’entre eux aimeraient sans doute échanger cette tournée électorale contre la quiétude offerte par les eaux de la Méditerranée. Mais ceux qui ont la chance de scruter la mer en cette…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés