L’homme face à la machine dans la série “Love, Death & Robots”

Avec 26 courts-métrages animés au formalisme déroutant, la série produite par David Fincher et Tim Miller remet en question la superpuissance de l’être humain.

Par

série Love, Death & Robots, de David Fincher et Tim Miller
La série Love, Death & Robots, de David Fincher et Tim Miller, a remporté l'Emmy 2019 du meilleur programme court d'animation. Crédit: DR

Des monstres, des aliens, des chats qui parlent ou des robots qui gouvernent le monde… voici le nouvel univers qu’ont imaginé deux des plus grandes figures du cinéma hollywoodien : David Fincher et le génie des effets spéciaux, Tim Miller. Réunis pour cette nouvelle œuvre comme producteurs et showrunners, les deux acolytes nous présentent une série animée d’anthologie comptant, pour le moment, deux saisons. Love, Death & Robots ne se compose pas d’épisodes linéaires, mais de 26 courts-métrages distincts (18 pour la première saison et 8 pour la deuxième), dont la technique varie en fonction des épisodes. Les fans des films d’animation y trouveront forcément leur compte, tant tous les styles et techniques y sont proposés. Ainsi, on peut facilement basculer d’un épisode composé d’images de synthèses 3D au contenu post-apocalyptique, vers un manga empreint d’images oniriques et de personnages comiques, ou encore d’un cartoon à l’esprit enfantin à une autre animation dotée d’un univers et d’une…

article suivant

OCP : résultat d'exploitation en très forte hausse au premier semestre