Sebta : la ministre de la Défense espagnole accuse le Maroc d’“agression” et de “chantage”

Le gouvernement espagnol a haussé le ton ce 20 mai contre le Maroc, accusé d’“agression” et de “chantage” par la ministre de la Défense après l’arrivée de plus de 8000 migrants en début de semaine à Sebta.

Par

La ministre espagnole de la Défense, Margarita Robles, le 14 mai 2019 à Bruxelles. Crédit: EMMANUEL DUNAND / AFP

L’afflux de ces migrants en provenance du Maroc voisin est “une agression à l’égard des frontières espagnoles, mais aussi des frontières de l’Union européenne”, a dénoncé Margarita Robles sur la radio publique en dénonçant un “chantage” de Rabat qu’elle accuse d’“utiliser des mineurs”.

à lire aussi

Pour rappel, entre lundi et mercredi, ce sont environ 8000 candidats à l’émigration — un afflux sans précédent — qui ont rejoint l’enclave espagnole de Sebta, profitant d’un relâchement des contrôles frontaliers côté marocain, sur fond de crise diplomatique entre Madrid et Rabat.

Des migrants s’entretiennent avec les gardes civils espagnols après avoir nagé vers l’enclave espagnole de Sebta depuis le Maroc voisin, le 17 mai 2021.Crédit: Antonio Sempere / AFP

Retour au calme

Le calme est revenu ce jeudi 20 mai après des heurts nocturnes ayant opposé des jeunes déterminés à rallier l’Europe à la police à la sortie de Fnideq, selon des journalistes de l’AFP.

Après une nuit agitée, les abords du passage frontalier étaient déserts jeudi matin. Côté espagnol, il n’y avait aucun mouvement sur la plage de Tarajal parcourue par les soldats espagnols et deux véhicules blindés, selon les journalistes des deux côtés de la frontière.

(avec AFP)

article suivant

Le PLF 2022 examiné en Conseil de gouvernement