Sebta : la MAP sort de son silence pour dénoncer la “trahison” et la “schizophrénie” de l’Espagne

Après trois jours de silence autour des événements de Sebta, c’est sous la plume de son directeur, Khalil Hachimi Idrissi, que la MAP a décidé de rattraper son retard. Et de cingler à tout-va.

Par

Le siège de l'agence MAP à Rabat. Crédit: MAP

Ce qui est affligeant dans la crise maroco-espagnole, c’est que les Espagnols font, maladroitement, semblant d’être les victimes d’une situation de crise dont ils ne seraient pas responsables. Ridicule !”, commence la tribune intitulée “Une petite leçon de choses”, avant de revenir sur la chronologie des événements qui ont fait monter en tension les relations Maroc-Espagne.

Contacté par TelQuel le 18 mai pour comprendre les raisons du silence de l’agence de presse nationale tandis que 8000 personnes avaient déjà franchi, en moins de 24 heures, le poste-frontière de Tajaral, le directeur de Maghreb Arabe Presse, Khalil Hachimi Idrissi, assurait qu’il ne diffuserait des informations que “quand le gouvernement aura fini de régler sa position”, arguant qu’on ne peut pas fabriquer une position tant qu’elle n’existe pas encore”.

à lire aussi

Dans sa longue tribune, Khalil Hachimi Idrissi rappelle chronologiquement les faits, de l’hospitalisation de Brahim Ghali en Espagne à l’afflux de migrants dans l’enclave espagnole de Sebta, et ne manque pas de qualificatifs pour le comportement de nos voisins du nord.

L’information est sacrée, le commentaire est (très) libre

Ils reçoivent, pour des raisons humanitaires disent-ils, un criminel de guerre — Brahim Ghali, chef d’un Polisario en guerre contre le Maroc — qui agit pour le compte de l’Algérie pour attaquer l’intégrité territoriale du Maroc, et qui plus est demandé par leurs propres juridictions. C’est quand même exceptionnel, souligne le directeur de la MAP. Avec la complicité de l’Algérie, on fait venir le criminel de guerre en question avec un vrai-faux passeport algérien au nom de Mohamed Ben Batouche, on l’installe à l’hôpital de Logroño et on espère que le secret sera bien gardé, surtout vis-à-vis des Marocains.”

Et de pointer la “naïveté confondante” de Madrid, en jouant la carte de l’ironie : “Nos amis espagnols doivent, au moins, nous expliquer l’intelligence de cette stratégie. Son bien-fondé géopolitique. Sa subtilité diplomatique. Sa quintessence en termes de partenariat, d’amitié et d’intérêts bien compris.”

“Une vraie trahison”

La quantité — comme disent nos amis ibériques — des relations sécuritaires entre le Maroc et l’Espagne est-elle si insignifiante pour passer par pertes et profits et être mise au second plan pour accueillir Mohamed Ben Batouche ? Il faut trouver le stratège émérite qui a accouché de cette idée pour lui remettre la médaille de l’idiot utile de l’année. C’est consternant”, s’indigne le responsable de l’agence de presse nationale.

“Mais qu’attendent-ils du Maroc ? D’être un État sans charisme, sans légitimité, sans intérêts, sans fierté nationale ou sans histoire”

Khalil Hachimi Idrissi, directeur de la MAP

Et d’élargir à l’Europe et son “charme rompu”, “des États membres sous perfusion d’euros sans aucune conscience de destin partagé”, capables de “rodomontades puériles en direction de pays tiers”. “Mais qu’attendent-ils du Maroc ? D’être un État sans charisme, sans légitimité, sans intérêts, sans fierté nationale ou sans histoire. Dire oui à Madrid et ses coups de mentons ridicules, dire oui à Bruxelles et ses subsides, dire oui à Berlin et à son complexe néocolonial avorté et puis quoi encore ?”, énumère Khalil Hachimi Idrissi.

Il serait suicidaire pour nous de continuer à faire un bout de chemin avec des gens qui ne sont pas loyaux, qui sont hypocrites, menteurs, qui te plantent un couteau dans le dos à la première occasion, qui sont incapables de construire une alliance stratégique équilibrée, fondée sur des intérêts bien compris. Il n’y a rien à faire. Il apparaît maintenant que cette voie est bouchée. L’affaire de Sebta est un retour du réel dans une relation fantasmée”, tranche-t-il.

“La schizophrénie est totale”

Des gouvernements d’honneur, par le passé, ont démissionné pour moins que cela. Mais là, c’est le règne de l’amateurisme, le temps de l’honneur est révolu. La mise en abîme est parfaite quand les Espagnols parlent de l’intégrité territoriale de l’Espagne quand il s’agit de Sebta. Leurs trémolos dans la voix sont touchants”, note Khalil Hachimi Idrissi, faisant allusion à la position floue de Madrid sur l’intégrité territoriale marocaine. “Quid de l’intégrité territoriale du royaume et de sa souveraineté sur ses provinces du Sud ? Non ! Pas de parallélisme en vue, pas de similitudes, pas de convergence ou pas de rapprochement d’idées. La schizophrénie est totale.

Et de conclure : “Le pauvre gouvernement de Pedro Sanchez fonce droit dans le mur en klaxonnant.

article suivant

Des Marocains au Vietnam, un destin insolite