Mehdi Sekkouri Alaoui : “Le développement du sport au Maroc ne pourra pas se faire sans l’aide du secteur privé”

Selon une étude publiée le 29 mars par Stadia et Sports Management School sur l’impact de la pandémie sur l’industrie du sport, le domaine a accusé une baisse d’activité de 64%. Mehdi Sekkouri Alaoui, directeur général de Stadia, évoque les points importants qui pourraient sortir ce secteur de la crise, et en faire, par la même occasion, un réel levier de développement pour le royaume.

Par

MAP

Vous plaidez pour que la filière de l’industrie sportive soit représentée à la CGEM. Pourquoi ?

Aujourd’hui, pratiquement tous les secteurs économiques au Maroc ont une instance qui fédère l’ensemble des acteurs de leur profession et qui les représente au sein de la CGEM. Mais le sport est mis de côté. Ce qui lui manque, c’est une instance représentative qui porte le secteur privé du sport d’une seule voix pour se faire entendre et pour défendre ses intérêts. Il y a un certain nombre de choses à changer en ce qui concerne la fiscalité, la législation, la qualité ou la gouvernance. Mais ces changements ne peuvent être…

article suivant

Cryptomonnaies : Coinbase, la plateforme qui fait exploser la bourse américaine