Pollution du Bouregreg : des analyses en cours mais toujours aucune communication officielle

Des tâches noirâtres associées à de fortes odeurs nauséabondes ont été observées depuis quelques jours sur le fleuve du Bouregreg, suscitant émoi et inquiétude parmi les habitants de Rabat et Salé.

Par

Ces derniers jours, les riverains du Bouregreg, entre Rabat et Salé, ont constaté une pollution soudaine de l’oued sous forme de tâches noires, dégageant des odeurs pour le moins insupportables. Sur les réseaux sociaux, les images déferlent, relatant une situation inimaginable il y a quelque temps pour cette zone connue pour son potentiel touristique.

Une situation alarmante qui, d’autant plus, coïncide avec les vacances scolaires et, de fait, vient bouleverser les habitudes des riverains, notamment les fans des balades au bord du fleuve, ou encore les pratiquants des sports nautiques habitués à s’entraîner sur les eaux du fleuve.

Aucune communication officielle

Si aucune information officielle n’a été, pour le moment, communiquée sur l’origine de cette pollution, plusieurs observateurs et acteurs associatifs s’accordent pour pointer du doigt le lixiviat (jus d’ordures) qui émanerait du centre d’enfouissement et de valorisation (CEV) d’Oum Azza.

à lire aussi

Sur les réseaux sociaux, des militants associatifs soutiennent ainsi que cette problématique écologique serait due aux récentes fortes pluies qui auraient fait sauter une digue de rétention de l’un des six bassins dédiés au stockage de lixiviat, provoquant un déversement de ce liquide nocif dans l’Oued Akrach, un des affluents du Bouregreg.

“En tant que plongeurs nous sommes les mieux placés pour constater la dégradation de la situation de l’oued Bouregreg”, affirme Jalil Skaiti, plongeur et président fondateur de l’Association Al Marjane de plongée et sports nautiques. Le bras de mer qui sépare Rabat de Salé, abritait toute une panoplie de poissons comme le bar, le sar, le maigre ou encore la dorade, qui avaient l’habitude de pondre leurs œufs dans cet écosystème”, confie M. Skaiti à la MAP, regrettant une baisse drastique de ces espèces à cause de la pollution des eaux ces dernières années.

Un problème aggravé par la poussée démographique ?

Contacté par la MAP, le directeur de l’Agence du bassin hydraulique du Bouregreg-Chaouia Abdelaaziz Zerouali, a fait savoir que la cause principale de cette situation est toujours inconnue, relevant que l’Agence attend les résultats des analyses en cours pour connaître l’origine de cette pollution, avant de se prononcer sur le sujet.

D’après des sources proches du dossier, un appel d’offres est en cours concernant la gestion contrôlée de la décharge Oum Azza.

Pour le secrétaire général régional de l’Alliance marocaine pour le climat et le développement durable (AMCDD), Seddik Es-Semlali, une intervention urgente demeure nécessaire pour stopper l’hémorragie. Également président de l’Association marocaine pour le développement local (AMDEL), M. Es-Semlali a expliqué que la problématique des eaux usées rejetées dans le Bouregreg a été aggravée par la poussée démographique spectaculaire, notamment à Salé, insistant sur l’impératif de mettre en place des stations de traitement des eaux usées.

Actuellement, les odeurs ont pratiquement disparu et les investigations continuent pour mettre toute la lumière sur la source de la pollution. D’après des sources proches du dossier, un appel d’offres est en cours concernant la gestion contrôlée de la décharge Oum Azza. Les entreprises présélectionnées seront connues la semaine prochaine.

(avec MAP)

article suivant

Pass sanitaire, test PCR, certificat médical... les recommandations du CNDH pour remplacer le pass vaccinal