M20 : pas si vain février

Par La Rédaction

Partout dans le monde, la révolution a des airs romantiques. Les plus téméraires rêvent de la faire, les plus timides d’y assister, ne serait-ce que de loin, et de pouvoir la raconter un jour. “Celui qui n’a pas assisté à l’indépendance ou à la Marche verte peut à présent dire qu’il a vécu le 9 mars”, tweetait l’ancien ministre de l’Industrie et actuel président du CESE, Ahmed Reda Chami, en référence au discours royal annonçant la réforme de la Constitution. En toute logique, et malgré les propos des acteurs publics qui ont minimisé l’importance du mouvement, le 20 février est tout aussi historique. Date fondatrice pour certains, symbolique pour d’autres, toutes les personnes qui l’ont connue ou vécue s’accordent à dire qu’il y a un avant et un après 20 février. Certains pour louer ses prouesses, d’autres pour déplorer les coches que le Mouvement a ratés. Si les victoires du M20 sont encore contestées par ses pourfendeurs, l’histoire retiendra d’abord l’adoption d’une nouvelle loi fondamentale pour le royaume. Aujourd’hui, la nostalgie est encore palpable dans les rangs des anciens manifestants. Ils…

article suivant

Le Burundi réitère le maintien de son consulat à Laâyoune