La liste de nos angoisses, par Zakaria Boualem

Par Réda Allali

Il paraît que c’est en exprimant ses angoisses qu’on les conjure. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle Zakaria Boualem vient, chaque semaine, vous remplir une pleine page de jérémiades, comme s’il allait influer sur le cours du monde. Cette année, tbarek Allah, nous a proposé des angoisses en quantité abondante et de bonne qualité, un véritable festival, les amis. Nous baignons depuis presque neuf mois dans une ambiance gluante et mortifère qui mettrait le moral à zéro au plus joyeux des bipèdes. Il nous a semblé utile de lister ces angoisses dans cette page, pour les ranger proprement quelque part. Ainsi, exprimées sur le papier, elles devraient s’atténuer dans nos cœurs, à moins que cette théorie ne soit qu’une arnaque de plus. Il est important de préciser, avant de dérouler cette funeste, énumération qu’elles ne sont pas classées par ordre d’importance, et c’est bien là le problème. Elles évoluent dans le temps, montent et descendent au classement, créant dans nos affects épuisés une sorte de confusion permanente. C’est parti, les amis.

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés