Mort de Mahjoubi Aherdane : de l’armée au gouvernement, retour sur le parcours de “l’indompté”

Mahjoubi Aherdane est décédé le dimanche 15 novembre dans son Oulmès natal. Compagnon de la libération et contemporain de trois rois, il a chevauché le XXe siècle marocain. Ses combats, son œuvre et sa conception de la liberté n’étaient pas que politiques.

Par

La nouvelle s’est répandue dimanche 15 novembre : un vieux rescapé du Maroc d’antan n’est plus. Mahjoubi Aherdane s’est éteint à un âge entouré de mystère. C’est que le leader charismatique du Mouvement Populaire était un nonagénaire qui ignorait la date exacte de sa naissance. “Il n’y avait pas d’état civil à l’époque”, disait-il de son vivant. Mais qui était-il vraiment ? Officier de l’armée française, caïd tribal, résistant, leader politique, poète, artiste-peintre… ceux qui l’ont côtoyé parlent d’abord d’“un homme libre de l’Atlas”. L’histoire officielle retiendra de feu Aherdane qu’il fut le premier gouverneur de Rabat en 1956. Ministre de la Défense de 1961 à 1964, il est ensuite nommé à l’Agriculture avant de revenir à la Défense de 1966 à 1967. Plus tard, de 1977 à 1981, Hassan II le nomme aux Postes et télécommunications (PTT),…

article suivant

Éthiopie : l’armée lance son offensive sur la capitale du Tigré