Prix des médicaments: entre absence de logique et creusement du déficit de la couverture sociale

Le ministère de la Santé ne cesse d’élargir la liste des médicaments dont les prix de vente baissent. Un processus qui suscite de nombreuses interrogations quant à la logique du département de Khalid Aït Taleb, à l’heure où certains produits handicapent lourdement les caisses des organismes de prévoyance sociale.

Par

La loi sur les prix des médicaments prévoit leur révision tous les cinq ans, mais n’est que rarement respectée par le ministère. Crédit: AFP

Les prix des médicaments changent, mais certaines habitudes non. Parmi elles, l’absence de transparence du ministère de la Santé. En effet, il est de coutume pour le département de Khalid Aït Taleb de présenter à intervalles irréguliers une liste de produits dont les prix ont été revus à la baisse, sans pour autant donner de détails sur les motifs de cette révision et encore moins sur l’impact de cette baisse sur le citoyen et les organismes de prévoyance sociale. Alors que la crise sévit, comment expliquer ces lacunes, pendant que les prix inchangés d’autres médicaments coûtent chaque année des millions de dirhams ?

à lire aussi

Une politique en manque de repères

L’essentiel pour le département de Khalid Aït Taleb semble être d’allonger une liste qui, depuis l’application du décret 2.13.852 en décembre 2013, compte…

article suivant

Brute France