Zakaria Boualem: Covid et règlements de compte

Par Réda Allali

C’est officiel, le Boualem ne comprend plus rien. Jugez par vous-mêmes, s’il vous plaît. Le 14 août dernier, la Botolie découvrait que l’ailier du WAC, Ismail Haddad, était positif au coronavirus. Pour ceux qui sont étrangers à ce monde, il faut préciser qu’on parle ici d’un joueur important et populaire. Aussitôt, les messages de soutien ont envahi les réseaux sociaux, les dou3ae sincères et les manifestations de sympathie aussi dans la foulée. Le mercredi 9 septembre, trois semaines plus tard, le même Ismail Haddad, cavalant noblement tel un étalon, s’en allait ouvrir le score  face aux FAR, avant de célébrer son exploit devant des tribunes vides, bien entendu. Pareil pour le Brésilien Neymar, qui a été déclaré positif juste après la finale de la Ligue des champions et qui est revenu, comme si de rien n’était, pour s’embrouiller avec la totalité de l’équipe de Marseille dimanche dernier. Le bougre n’avait pas l’air malade, il semblait même plein d’énergie, son carton rouge témoigne pour lui. D’où la question qui taraude le Guercifi, exprimée sans plus de circonvolutions: à quoi ça sert…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés