La peine de mort n’est pas la solution

Par Fatym Layachi

La semaine dernière, Tanger a été le théâtre d’un drame épouvantable. Le corps sans vie d’un gamin de onze ans a été retrouvé. Ce gamin, il s’appelait Adnane Bouchouf et il a été enlevé, violé, assassiné puis enterré dans une rue de la ville du détroit. Tu n’oses même pas imaginer la violence et la barbarie de ce crime immonde. Tu n’oses même pas imaginer la peur et l’effroi qu’a dû ressentir cet enfant pendant les derniers jours, les dernières heures de sa trop courte vie. Tu n’oses même pas imaginer la douleur et le chagrin abyssal des parents de ce gosse. Tu n’oses même pas imaginer ce deuil impossible auquel cette famille va devoir faire face. Ce crime atroce dépasse l’entendement. Il te rend très en colère, très révoltée et tellement triste. Le jour de la disparition, la famille du petit Adnane a prévenu la police et assez vite le suspect a été identifié sur une image de vidéosurveillance. On y voit l’enfant partir avec un adulte habillé en tunique blanche. Apparemment, le suspect aurait rencontré virtuellement le gamin…

article suivant

Dr Jamal Eddine Kohen : “Lorsque les décisions tombent à 23 heures, c’est très dur de faire confiance aux autorités”