Rentrée fantôme à Casablanca: entre colère et galère, des parents d’élèves témoignent

L’adoption de l’enseignement à distance dans la ville blanche a été annoncée... à la veille de la rentrée scolaire. Un lourd retournement de situation pour les parents d’élèves et les écoles privées, qui avaient préconisé un enseignement en présentiel. Témoignages.

Par

La réponse des parents est unanime : les enfants sont choqués d’un retournement de situation aussi brusque. Crédit: MAP

Casablanca, dimanche 6 septembre à 22 heures. A la veille de la rentrée scolaire, à l’heure où les cartables des écoliers étaient déjà bouclés, un communiqué émanant du ministère de l’Éducation nationale est tombé comme un couperet. Face à la recrudescence de cas positifs de Covid-19 à Casablanca (près de 1000 cas dans la région Casablanca-Settat en seulement 24 heures), le ministère a ordonné l’enseignement à distance pour l’intégralité des établissements scolaires de la région, ciblant ainsi les secteurs public, privé, supérieur, mais aussi les différentes missions étrangères. Contrairement aux établissements publics, qui laissaient le choix aux parents entre l’enseignement à distance et le présentiel, les établissements privés avaient choisi la deuxième option, afin d’adoucir le bras de fer avec les parents d’élèves, apparu dès le début du confinement, en mars dernier, autour de la question des frais de scolarité….

article suivant

1er octobre : 35 décès et 2391 nouveaux cas de contamination au coronavirus