La Royal Air Maroc maintient ses vols spéciaux jusqu’au 10 septembre

La compagnie aérienne a annoncé le maintien des vols spéciaux jusqu’au 10 septembre 2020. Les vols réguliers qui étaient prévus initialement sont remplacés par ces nouveaux vols spéciaux.

Par

Faisant suite à la décision du gouvernement marocain relative à la prolongation de l’état d’urgence sanitaire, la compagnie nationale marocaine, Royal Air Maroc, annonce que son programme de vols spéciaux se poursuivra jusqu’au 10 septembre 2020. Lancés depuis le 15 juillet, ces vols exceptionnels programmés en coordination avec les autorités marocaines concernées sont opérés selon les conditions imposées par les gouvernements des différents pays dans le cadre de cette opération.

Les vols réguliers qui étaient programmés initialement sont remplacés par ces nouveaux vols spéciaux. Les passagers en possession de billets sur les vols réguliers sont invités à contacter le centre d’appel de Royal Air Maroc, pour s’enquérir des modalités de changement ou d’annulation de ces billets.

Les vols sont disponibles à la vente sur le site Internet de la compagnie nationale (www.royalairmaroc.com) et à travers les centres d’appel et les agences commerciales de Royal Air Maroc, ainsi que dans les agences de voyages et le réseau de distribution.

à lire aussi

Pour rappel, les passagers empruntant les vols à destination du Maroc, doivent avoir un test PCR négatif datant de moins de 48 heures et un test sérologique. Les enfants âgés de moins de 11 ans sont dispensés du test. Quant aux passagers empruntant les vols au départ du Maroc, ils doivent s’informer sur les dispositions sanitaires exigées par les pays de leur destination finale et s’y conformer. Des liens utiles vers des sites d’information sont disponibles sur le site.

Royal Air Maroc rappelle également que le port du masque est obligatoire sur l’ensemble de ses vols et que seuls les sacs à main et les sacs pour enfants et pour ordinateurs sont autorisés à bord comme bagages cabine.

article suivant

L’Istiqlal traque les conflits d’intérêt avec une proposition de loi