La galère des étudiants nouvellement admis dans des établissements étrangers

Après la réouverture partielle des frontières le 15 juillet, les étudiants nouvellement admis dans des établissements d’études à l’étranger reprenaient espoir, une joie vite rattrapée par l’incertitude.

Par

DR

Je suis très inquiète par rapport à cette situation et je ne sais plus du tout à quoi m’attendre”, confie Alae, récemment admise en Master de gouvernance européenne à SciencesPo Grenoble. Si l’étudiante a pu se réjouir en avril d’avoir obtenu une réponse favorable de l’établissement qu’elle rêvait d’intégrer, elle n’a pu démarrer la procédure de visa long séjour que récemment, après l’annonce de la réouverture partielle des frontières le 15 juillet. Une éclaircie pour les étudiants nouvellement admis dans des établissements d’études à l’étranger. Pourtant, plusieurs d’entre eux nagent en pleine confusion, à un mois de la rentrée universitaire.

Ruée vers l’air

Les vols au départ du Maroc sont ouverts, notamment aux étudiants nouvellement admis dans les établissements universitaires, contraints de se rendre à l’étranger, les hommes d’affaires et les citoyens contraints de quitter le sol national pour les soins médicaux et les étrangers résidant au Maroc”, avait indiqué le ministère des…

article suivant

Beyrouth en deuil au lendemain des explosions, plus de 100 morts et 4000 blessés