Kacem Goubella : “L’État aurait tout à gagner en donnant au e-learning sa légitimité”

Par Kacem Goubella

Développer le e-learning, accompagner les enseignants et professeurs dans le développement de modules digitalisés et accréditer ces parcours donneraient un nouvel élan à l’enseignement et à l’éducation post-Covid, estime Kacem Goubella, directeur général d’ellicom Maroc.

La capacité d’adaptation et l’agilité du système éducatif et de la formation professionnelle ont été mises à l’épreuve suite à la crise sanitaire. Grâce à l’innovation et aux possibilités offertes par les moyens technologiques, les acteurs résistent. L’intégration progressive de modalités de formation en ligne et d’expériences virtuelles d’apprentissage est amorcée, et va sans doute se renforcer. Les acteurs privés et publics doivent travailler de pair afin d’accélérer cette transition.

Kacem Goubella, directeur général d’ellicom Maroc

Mettre en place un dispositif d’accréditation et de certification

L’un des freins observés durant les deux dernières décennies au Maroc par rapport à la croissance du e-learning est la non-reconnaissance officielle de la formation et de l’éducation en ligne. En effet, l’offre de formation en ligne peine à se développer car la cible finale (étudiants et salariés en…

article suivant

Boujmaa Guilloul, windsurfeur coincé au paradis