Hicham, bloqué en Ethiopie : “Le plus dur à vivre, c’est le sentiment d’abandon”

Après le rapatriement de ses 80 collègues de 14 nationalités différentes, Hicham Chahine s’est retrouvé bloqué en Éthiopie dès la fermeture des frontières à cause de la pandémie. Entre isolement et déception, il raconte son calvaire.

Par

Hicham Chahine, jeune papa, est à Addis-Abeba depuis la fermeture des frontières. Crédit: Wikimedia Commons

L’absurde, c’est quand l’État abandonne 32.000 Marocains à l’étranger en période de crise, alors qu’ils payent leurs impôts et remplissent leur devoir de citoyens”, confie à TelQuel Arabi Hicham Chahine, un Marocain bloqué en Éthiopie depuis la fermeture des frontières. Une situation particulièrement “gênante” pour ce jeune papa.

à lire aussi

Seul au monde

Hicham Chahine se trouvait en Éthiopie avant la fermeture des frontières pour raison professionnelle. Producteur et réalisateur, c’est avec une équipe de plus de 80 personnes qu’il s’est déplacé pour boucler une téléréalité, avant que son aventure ne vire au cauchemar. Le destin a voulu que je sois à l’étranger au moment de la fermeture des frontières. Je travaille pour une boîte de production spécialisée en téléréalité (Pékin Express, Ninja Warrior). La production a démarré en Ouganda fin février, pour ensuite poursuivre l’aventure…

article suivant

4 juillet, 18h: 534 cas en 24 heures, 13 822 au total