Des drones, des espions, et même plus le droit de geindre sur Facebook

Par Réda Allali

C’est une nouvelle semaine de confinement, les amis, et le mystère perdure: nous affichons encore des statistiques miraculeuses. Zakaria Boualem n’a toujours pas compris ce qui nous arrivait, mais il continue de réfléchir. Pour rappel, il faut lister les trois options possibles, à savoir une efficacité soudaine qui se serait emparée de nous, une protection prodigieuse par une puissance surnaturelle ou une immunité d’origine inconnue. Vous pouvez participer, on a besoin de tout le monde pour y voir plus clair, et merci. En attendant, le Guercifi s’est penché, telle une vaillante commission, sur un article du Matin du Sahara particulièrement enthousiaste. En ces temps difficiles, il serait bête de laisser passer une bonne nouvelle. L’objet de la jubilation de l’auteur, ce sont ces “drones (qui) ont envahi le Maroc” pour la “surveillance aérienne des populations”. Car, explique le journal patriote,les gens se regroupent sur les terrasses”. Et d’ailleurs, “l’Université internationale de Rabat a mis à disposition des pouvoirs publics son savoir-faire, pour le déploiement de drones équipés de haut-parleurs ou de caméras infrarouge capables de détecter les mouvements…

article suivant

Sans avenir, la Botola attend le feu vert des autorités