Inauguration d'un Musée national de la photographie en devenir?

“Ce bâtiment appartenait à l’armée, qui l’a cédé à la fondation sur demande du roi Mohammed VI. C’est d’ailleurs Sa Majesté qui a souhaité en faire un musée de la photographie”, confie Mehdi Qotbi, président de la FNM. Crédit: YASSINE TOUMI / TELQUEL

Tombant en ruine, le Fort Rottembourg a été réhabilité et transformé en Musée national de la photographie. Si le projet est louable, sa mise en place nécessite des ajustements techniques, primordiaux pour sa pérennité.

Fin du XIXe siècle, le sultan Moulay Hassan Ier décide d’ériger un fort, doté de deux canons des industriels allemands Krupp. Baptisé Rottembourg d’après le nom de l’ingénieur allemand qui a dirigé les travaux de construction, Walter Rottemburg, le bâtiment rbati est par la suite renommé Fort Hervé sous le protectorat, avant d’être rebaptisé Borj El Kebir après l’indépendance.

“Ce bâtiment appartenait à l’armée, qui l’a cédé à la fondation sur demande du roi Mohammed VI. C’est Sa Majesté qui a souhaité en faire un musée de la photographie”

Mehdi Qotbi, président de la FNM
Plus d’un siècle plus tard, le fort et ses canons de 9 mètres de long et de 260 millimètres de calibre n’ont jamais été utilisés et le bâtiment tombe en ruines dans l’indifférence générale, quand la Fondation nationale des musées (FNM) lui donne, sur décision royale, une seconde vie. C’est ainsi que…

article suivant

Vers une pénurie de masques sanitaires au Maroc ?