Sebta, une bombe pour deux rois

Des femmes-mulets meurent à sa frontière, la contrebande y bat son plein mais est caduque, les migrants subsahariens y affluent, le radicalisme religieux y grandit... Elle fait l’objet d’une sourde et interminable lutte de souveraineté entre l’Espagne et le Maroc. Plus que jamais, l’enclave espagnole ressemble à une grenade dégoupillée à la face des deux royaumes.

Par

Le roi Mohammed VI et son homologue espagnol Felipe VI. Crédit: MAP

Une poudrière. C’est ainsi que TelQuel relatait, en janvier 2018, la situation explosive autour de Sebta. Une cité constamment sur le fil, à la lisière de basculer du mauvais côté. A cheval entre deux communautés qui se toisent sans vraiment se côtoyer, entre deux pays aussi, qui lui prêtent deux destins différenciés. Immigration d’origine subsaharienne, contrebande, Sebta est un monde à part. Tous les jours, des milliers de femmes-mulets courbent l’échine sous le poids des lourds ballots de marchandises qu’elles transportent. Une situation qui cristallise toujours autant de tensions, tant le Maroc semble résolu à couper court à la contrebande en provenance de Melilia et Sebta. Suspendu depuis plus de deux mois, le passage du point frontalier Bab Sebta pourrait bien l’être “définitivement”, d’après des…

article suivant

Un navire turc au cœur des tensions avec la Grèce et Chypre rentre au port