FIFM 2019 : le réalisateur colombien Nicolás Rincón Gille rafle l'Etoile d'or

Le jury de la 18e édition du Festival international du film de Marrakech a décerné le 7 décembre l’Etoile d’or au réalisateur colombien Nicolás Rincón Gille pour son premier long-métrage Valley of souls.

Par

Image du film "Valley of Souls" de Nicolás Rincón Gille. Crédit: DR

C’est un film colombien qui a raflé l’étoile d’or de la 18e édition du Festival international du film de Marrakech (FIFM). Signé Nicolás Rincón Gille, Valley of souls retrace la pénible histoire d’un pêcheur de la vallée Magdalena Medio, qui découvre un jour que ses deux fils ont été abattus par un groupe paramilitaire colombien puis jetés dans le fleuve. L’homme entreprend alors une douloureuse traversée à la recherche des corps de ses enfants. “Même dans les tragédies les plus dures, on reste humain”, dit éloquemment le réalisateur colombien devant l’audience de la cérémonie de clôture du FIFM. Il ajoute, ému, que “ce film illustre ce qui arrive aujourd’hui encore en Colombie”.

Le prix du jury a été attribué ex æquo à Mosaic Portrait du réalisateur chinois Yixiang Zhai et à Last Visit du réalisateur saoudien Abdulmohsen Aldhabaan.

Le premier film revient sur le drame d’une adolescente de 14 ans qui tombe enceinte et désigne l’un de ses enseignants comme responsable. S’en suit une injuste levée de boucliers à l’encontre la jeune fille.

Quant au film d’Abdulmohsen Aldhabaan, il met à nu les fractures entre la nouvelle et l’ancienne génération au pays des Al Saoud, à travers l’histoire d’un homme installé à Riyad qui revient dans son lointain village natal alors que son père est sur son lit de mort.

Le réalisateur tunisien Alaeddine Slim a empoché le prix de la mise en scène avec son film Tlamess. Le film fait la jonction de manière onirique entre deux univers diamétralement opposés, celui d’un soldat déserteur et celui d’une riche bourgeoise enceinte.

Ce sont les actrices britanniques Nichola Burley et Roxanne Scrimshaw qui ont remporté ex aequo le prix d’interprétation féminine avec Lynn + Lucy. Ce premier long-métrage du réalisateur british d’origine marocaine Fyzal Boulifa dépeint l’histoire d’une intense amitié ébranlée par la naissance du premier enfant d’une des deux amies. Et le prix d’interprétation masculine est allé à l’acteur australien Toby Wallas qui incarne — dans Babyteeth de Shannon Murphy — un petit trafiquant de drogue qui s’entiche d’une jeune fille atteinte d’un cancer.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

L’Istiqlal traque les conflits d’intérêt avec une proposition de loi