PPS, les raisons d’un départ

Réuni le 1er octobre, le bureau politique du PPS a décidé de quitter le gouvernement. En attendant l’aval du comité central le 4 octobre, le retrait des camarades de Nabil Benabdallah cristallise la désunion au sein de la coalition gouvernementale.

Par

“Il y a une vie après le gouvernement. Nous abordons cette phase avec beaucoup d’optimisme”, 
nous déclare Nabil 
Benabdallah, secrétaire général du PPS. Crédit: RACHID TNIOUNI

Quittera?? Quittera pas? Depuis le discours du trône du 29 juillet dernier, la position du Parti du progrès et du socialisme (PPS) au sein de la coalition gouvernementale alimente discussions et analyses politiques. Mohammed VI avait appelé le Chef du gouvernement à soumettre “des propositions visant à renouveler et enrichir les postes de responsabilité, tant au sein du gouvernement que dans l’administration, en les pourvoyant de profils de haut niveau” à “l’horizon de la rentrée prochaine”. Plus de deux mois après le discours royal, et avant l’annonce dudit remaniement, le PPS a finalement tranché. Réuni le 1er octobre, le bureau politique du parti du livre a décidé à l’unanimité de quitter la coalition gouvernementale. Une décision qui sera entérinée, sauf surprise, le 4 octobre, lors d’une session extraordinaire du comité central.

Réponse politique

Pour le bureau politique de la formation…

article suivant

OCP : résultat d'exploitation en très forte hausse au premier semestre