Zakaria Boualem: charité bien ordonnée commence par une caméra

Par Réda Allali

Salam Alaykom les amis. C’est un Zakaria Boualem en mode sans échec qui vous reçoit cette semaine, un homme durement touché par une hypoglycémie sévère mais — al hamdoulillah — toujours aussi souple sur ses appuis. Avec le temps, il a appris à gérer cette période de l’année avec efficacité. Le tout est de revoir ses ambitions à la baisse, c’est le secret. Il faut avoir l’humilité de renoncer à tout projet ambitieux, éviter au maximum les humains, fuir les débats, conduire le moins possible, éteindre la télévision et profiter de l’état méditatif — pour, justement, méditer. Si vous respectez ces règles, il y a de grandes chances que vous parveniez à conserver votre dignité pendant l’intégralité du mois sacré, car tel est l’enjeu. Maintenant que cette pénible introduction farcie de conseils vaseux et pseudo-philosophiques est terminée, nous pouvons entrer dans le sujet, les amis.

“Nous avons grandi avec ces images de paniers distribués en grande pompe à la population, sous l’œil impudique des caméras venues immortaliser ce moment de grande humanité”

Réda Allali
Vous avez sans doute vu, comme…

article suivant

Ca démarre fort pour les 16 startups marocaines présentes à Vivatech Paris