L’autre néo-ottomanisme

L’autre néo-ottomanisme

Par Omar Saghi

On ne cesse de se référer à l’Empire ottoman, son retour, sa renaissance, sa refondation avec Erdogan. Le phénomène est réel et il y a désormais un néo-ottomanisme dynamique et conquérant, sur tous les fronts, politique, économique, culturel… Mais cette situation projette une ombre. Il existe aussi un néo-ottomanisme des provinces, une sorte de négatif photographique de la réussite turque : l’échec arabe.

“Prenons une carte des Etats arabes en faillite ou au bord du précipice: vous avez là la carte de l’Empire ottoman finissant, celui de la veille de la Première guerre mondiale”

Omar Saghi

Prenons une carte des Etats arabes en faillite ou au bord du précipice: Irak, Syrie, Yémen, Libye, dont l’existence est aujourd’hui une pure fiction juridique ; ajoutons-y le Liban et la Jordanie, qui sont sur le fil du rasoir. Vous avez là la carte de l’Empire ottoman finissant, celui de la veille de la Première guerre mondiale. N’y manque que le Hedjaz, la partie occidentale de l’Arabie Saoudite. J’y reviendrai. Hormis le Maroc, tous les pays de la Ligue arabe furent ottomans à un moment ou un...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Assises de la fiscalité : Les 19 propositions du PPS

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.