Les lendemains qui déchantent

Les lendemains qui déchantent

Par Fatym Layachi

Il y a des jours où tu regrettes même le fait d’exister. Ce matin est définitivement l’un de ces jours. Tu as ouvert les yeux il y a plus d’une demi-heure et tu n’as pas encore réussi à sortir de ton lit. Il est midi. Tu sens que cette journée va être laborieuse. Tu as mal. A la tête, aux cheveux, à la gorge. Tu as trop bu, trop fumé, trop parlé.

Tu finis par te lever. Tu aperçois ton reflet dans un miroir. Tu as l’air d’avoir une sale tête. Bien évidemment, tu ne vas pas aller bosser. Tu te dis que tu devrais arrêter de sortir en semaine, ou du moins y songer. Tu te traînes jusqu’à la cuisine. Tu trouves ton appartement brumeux. Ta machine Nespresso est ton phare. Tu te dis que ça ira mieux après un café.

Tu regardes cette tasse se remplir en espérant que ce breuvage éponge ta gueule de bois et te rende un peu de dignité. L’écran de ton iPhone est plein de notifications. Tu n’as même pas envie de les...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Le Maroc contribuera à la reconstruction de Notre-Dame

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.