Mauvaise langue

Mauvaise langue

Par Aicha Akalay

Le grand-père le plus tonitruant du quartier des Orangers de Rabat a encore frappé. En direct de son fameux salon, grâce à la magie des live Facebook, Abdelilah Benkirane a entretenu les internautes d’une question importante pour l’avenir de millions de Marocains “condamnés” à user leur culotte sur les bancs de l’école publique. En colère, il a brandi le spectre d’un lobby colonisateur qui voudrait faire passer en force la loi-cadre sur l’éducation telle que présentée par son successeur.

Pour faire court, et ne pas nous perdre dans l’incurie de ce discours, indigne d’un ancien Chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane rejette l’enseignement des matières scientifiques en français. Par idéologie, mais surtout par opportunisme. Benkirane fait de la politique. Et il doit être l’un des rares au Maroc à encore en faire. Il tient là une opportunité rare pour porter un coup fatal à El Othmani, en jurant ses grands dieux que lui n’aurait pas laissé passer cette réforme.

Comprenez: je suis mieux que le docteur, alors, vous me regrettez? Cette tragi-comédie du PJD dure et s’éternise, mais plus personne n’est...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Le gouvernement présente sa feuille de route pour la formation professionnelle au roi

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.