Le troisième parent

Par Omar Saghi

La télévision a pénétré à un tel point la vie des familles et joue un tel rôle dans le quotidien des enfants qu’on peut, sans exagérer, parler de ‘troisième parent’ pour la désigner”. Cette assertion assez brutale figure dans un rapport sénatorial français de 2002, à propos de la délinquance des mineurs. C’est le philosophe Dany-Robert Dufour qui la cite dans un de ses essais à propos des effets nocifs de la révolution capitaliste sur la construction subjective. Cette expression de “troisième parent” figurait déjà dans les études sociologiques américaines. L’Europe a été rattrapée dans les années 1970 et 1980: désormais ce sont des cohortes entières d’enfants qui sont socialisées par l’écran essentiellement. Le reste du monde est infecté dans les années 1990 et 2000, mais il s’agit dès lors de plusieurs écrans en concurrence. La petite lucarne domestique n’est plus qu’une fenêtre virtuelle parmi d’autres. Plutôt que de télévision, il faudrait d’ailleurs parler d’écrans de tous types. Les sociologues parlent dorénavant de 4 écrans (au moins): le cinéma, la télévision, l’ordinateur personnel, et maintenant le téléphone portable. Autant d’avatars de…

article suivant

Venezuela: Guaido annonce son plan économique