Tanger Express – Telquel.ma

Tanger Express

Par Aicha Akalay

Se glisser quelques instants dans la peau d’un Tangérois. Ce jeudi 15 novembre, sous un soleil de plomb, le RGV1207M2 est à quai. Le premier TGV d’Afrique attend deux passagers de marque : le roi Mohammed VI et le président français Emmanuel Macron, pour quitter une gare flambant neuve. Tout autour de cette installation moderne, positionnée au centre d’une étoile, les grandes artères pensées pour relier différents points de la ville à cette corniche, elle aussi reconfigurée. Un paseo sur une baie plus jamais envieuse de ses cousines étrangères. Même plus peur de comparer : ici c’est presque Copacabana.

Il y a vingt ans, ce sont les effluves des égouts qui accueillaient les rares visiteurs sur toute la route de Malabata. Le Tangérois savait qu’en fonction de la direction du vent, et la vigueur du “charki”, ce vent de l’est, l’odeur serait plus ou moins supportable sur ce flanc de la Méditerranée. Il avait intégré que Rabat lui tournait le dos avec mépris, laissant le trafic de drogue être la principale source de revenus de sa ville. Hassan II n’aimait pas Tanger et Tanger ne l’aimait pas non plus, elle rêvait de s’évader, à 14.

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Mobilité Club Maroc et Essilor s'engagent au service de la sécurité routière à Marrakech

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.