La métallurgie, indispensable socle du développement industriel

Par Adnane Lamdouar

Automobile, aéronautique... Si les industries de pointe tirent le Maroc vers 
le haut, Adnane Lamdouar démontre qu’“un tissu industriel stable, autonome 
et performant” doit aussi pouvoir s’appuyer sur une base, la métallurgie.

Le Maroc importe annuellement plus de 30 milliards de dirhams de produits sidérurgiques et métallurgiques. En fonction des années agricoles, elles représentent le 3e ou 4e poste de notre balance commerciale. Sur 30 milliards, la matière première représente 12 milliards, contre 18 milliards de valeur ajoutée. Nous estimons à 120 000 les emplois directs qui pourraient être créés par la réalisation locale de ces 18 milliards.

Adnane Lamdouar est ingénieur, diplômé de Centrale Paris et de l’Université de Stanford, entrepreneur dans l’industrie métallurgique marocaine depuis 33 ans.Crédit: DR
Et encore ! Cette valeur ajoutée se limite aux importations de certains produits dans la nomenclature douanière (fer, acier, nickel, cuivre, etc.). Mais d’autres importations de véhicules, de matériel de génie civil, agricole, ferroviaire ou minier pourraient également être substituées lorsque les produits intermédiaires seront fabriqués et disponibles localement. Car sans…
Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés