De nouveaux statuts pour rattraper "l’empressement" de l'équipe Mezouar

Au terme de son deuxième conseil d’administration sous l’ère Mezouar, la CGEM a retiré leur droit de vote aux membres désignés du conseil d'administration, en attendant une mise en conformité de leur nombre avec les statuts qui pourraient être modifiés.

Par

Rachid Tniouni / TelQuel

La Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) a tenu le 24 septembre son deuxième conseil d’administration (CA) depuis l’élection de son président Salaheddine Mezouar en mai. « En quinze ans de conseil d’administration à la CGEM, je n’avais jamais vu autant d’agitation que lorsque Mohamed Chaïbi et Youssef Alaoui ont annoncé qu’ils retiraient leur candidature à la présidence au profit de Mohamed Horani, » témoigne, neuf ans plus tard, un membre du CA ayant assisté au dernier conclave du patronat. « Il n’y a pas de climat tendu. La presse est en recherche de sensation forte et entre ce que je lis et ce que j’ai vu au CA, il y a un décalage entre le son et l’image, » affirme pour sa part Ahmed Mehdi Tazi, vice-président de la CGEM, en charge de l’entrepreneuriat et des PME. Après un premier CA…

article suivant

Aïd Al Fitr célébré dimanche au Maroc