Allez savoir pourquoi, nous exigeons de nos footballeurs des performances que personne ne songe à réclamer à nos politiques

Allez savoir pourquoi, nous exigeons de nos footballeurs des performances que personne ne songe à réclamer à nos politiques

Par Réda Allali

Zakaria Boualem vous doit des excuses, les amis. Il vous avait annoncé une qualification glorieuse, il s’y était même engagé alors qu’il n’est qu’un simple supporter. Comme un vil politicien, il a multiplié les promesses, et nous voilà éliminés en deux matchs. Il pensait naïvement qu’il existait une dose maximale de malheur que pouvait endurer un supporter, et que notre heure était enfin venue de festoyer. Funeste erreur ! Soit cette limite n’existe pas, ce qui constitue une perspective effrayante, soit nous ne l’avons pas atteinte, et c’est à se demander combien de temps cette sale affaire va se poursuivre.

Pourtant, il faut nuancer ce constat. Pendant six mois, nous avons commenté la Coupe du Monde. Il y a eu des débats sur le tirage au sort, des discussions sur les matchs de préparation, sur la liste de joueurs, sur les stratégies déployées et des centaines d’opinions exprimées sur des sujets aussi cruciaux que la position de Boussoufa ou l’esthétique de notre second maillot. Nous faisions partie de la planète. Lors des éditions précédentes, nous étions occupés à nous écharper pour savoir s’il...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Viva Zmagria!

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.