Festival. Le songe d’un théâtre casablancais

Du 3 au 8 juin s’est tenue la première édition du festival du théâtre professionnel couvrant la région Casablanca-Settat. Organisé par Masrah El Kaf de Abdelilah Ajil, l’évènement prône la réconciliation avec un art longtemps marginalisé. Etat des lieux.

Par

Le comédien Masrah Abaâd dans la pièce 'Al maqama al bahlawaniya' de 
Abdelkrim Berrechid. Crédit: DR

Imaginons un sondage autour de l’aura du théâtre au Maroc, son poids et son impact sur la vie culturelle du pays. Hormis des références plus ou moins lointaines à des noms qui ont marqué l’histoire de la dramaturgie nationale, la tendance serait proche du néant, le résultat sans conteste accablant. Qui connaît qui, à l’exception d’une poignée d’initiés habitués aux évènements ponctuels ou à de rares représentations données au lance-pierre? Auteurs, metteurs en scène, comédiens se disputeraient le statut de “célèbres inconnus”. Mis à part des figures qui doivent leur salut à des apparitions à la télévision ou au cinéma, ceux qui fréquentent exclusivement les planches n’auraient pas droit de cité. A l’évidence, le 6e art a quitté les feux de la rampe pendant une bonne somme d’années. Aujourd’hui, c’est un appel à la réconciliation (“Linatasala7 ma3a lmasra7”) que lance la…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés

Rejoignez la communauté TelQuel
Vous devez être enregistré pour commenter. Si vous avez un compte, identifiez-vous

Si vous n'avez pas de compte, cliquez ici pour le créer