Ces injustices sociales que l’école marocaine reproduit – Telquel.ma

Ces injustices sociales que l'école marocaine reproduit

Lutte contre le décrochage scolaire, révision du système d'orientation, responsabilisation des chefs d'établissements... Dans son dernier rapport, le Conseil supérieur de l'éducation, pointe du doigt les injustices sociales que reproduit l'école marocaine et donne ses recommandations.

Par

AFP

La réussite scolaire reste fortement corrélée avec l’origine sociale. C’est de ce constat que part le dernier rapport du Conseil supérieur de l’éducation (CSE). Intitulé « Une école de justice sociale », il a été publié le 16 mai dernier.

Dans ce texte, les experts du CSE expliquent que le principe de l’égalité des élèves censés recevoir la même éducation, quelles que soient leurs caractéristiques individuelles et familiales, est battu en brèche par les mécanismes d’exclusion qui sont à l’œuvre à l’école marocaine.

Or, selon la Vision stratégique 2015-2030, la justice sociale à l’école est tout autant une finalité qu’une condition de réussite de la réforme de l’éducation et de la formation.

Or, aujourd’hui les élèves arrivent inégaux à l’école en termes de bagage culturel, de niveau de langage, d’exposition à la langue arabe et aux langues étrangères. Autant de facteurs qui creusent un écart considérable entre les enfants pauvres et ceux qui sont « favorisés« . En effet, plus que le niveau de revenus des parents, c’est le capital éducatif et culturel des familles qui fait la différence en termes de performances scolaires des enfants.

Des inégalités qui sont aggravées par l’intersection avec d’autres facteurs tels que le sexe, le handicap ou encore les inégalités territoriales. Selon le Programme national d’évaluation des acquis (PNEA) 2016, « l’effet élève », constitué de ce que l’apprenant, en intégrant l’école, porte comme héritage social, est de 80 % par rapport à l’effet établissement (20 %). Un constat alarmant- quoique peu étonnant au vu des précédents rapports du CSE – auquel le Conseil donne quelques pistes de solutions.

Eradiquer l’analphabétisme

Selon les auteurs du rapport, la première source d’inégalité sociale et scolaire réside dans l’analphabétisme des parents. Pour les auteurs de texte, lutter contre l’analphabétisme suppose l’adoption de deux stratégies : « Alphabétiser les personnes âgées de 10 ans et plus qui n’ont jamais eu accès à l’école en conférant la priorité au milieu rural et aux femmes et tarir ses sources en améliorant la généralisation et la qualité de l’enseignement obligatoire« .

Selon eux, l’éradication de l’analphabétisme sur le moyen terme n’a rien d’utopique. L’expérience du Maroc en matière de généralisation de la scolarisation primaire en une décennie démontre bien que cette ambition est réaliste, si elle est élevée au rang de « cause nationale majeure« .

Mais pour cela, alphabétiser les adultes ne devrait plus relever de la responsabilité d’acteurs institutionnels et sociaux qui n’ont, selon les auteurs du rapport, pas « les qualifications nécessaires« . Le CSE recommande de fournir pour ce chantier un effort à la hauteur d’autres politiques publiques sectorielles mises en place durant les dernières décennies (Plan Maroc vert, Plan émergence…). D’après le rapport, cet effort devrait avoir pour finalité l’acquisition par tous d’un socle partagé de connaissances de base.

Lutter contre le décrochage scolaire

Le décrochage scolaire précoce – qui aurait coûté selon le CSE 2,1 milliards de dirhams à l’Etat en 2016 – alimente l’analphabétisme. Dès lors, la qualité de l’enseignement préscolaire et primaire s’avère déterminante dans la réalisation de la justice scolaire.

En effet, rendre la scolarisation obligatoire exige de favoriser l’accès de tous les enfants à partir de quatre ans et de les garder dans le circuit scolaire jusqu’à l’achèvement de la scolarité obligatoire. Pour les auteurs du rapport, la scolarité obligatoire doit garantir à chaque élève les moyens nécessaires à l’acquisition d’un socle commun de connaissances, de compétences et de culture (savoir, savoir-faire, savoir-être et savoir-devenir) permettant la poursuite d’études, la construction d’un avenir personnel, professionnel et citoyen.

Lire aussiLa (longue) liste des tares de l’éducation au Maroc

Les redoublements ne peuvent constituer un gage de la qualité. Comme l’attestent les données du PNEA 2016, le redoublement n’a pas d’effet positif sur les acquis des élèves. En tout état de cause, le fort taux de redoublement participe du phénomène du décrochage dont les effets sont amplifiés par les faibles capacités du système de formation professionnelle à garantir une place à tous les candidats.

Lutter contre le décrochage scolaire devrait donc devenir une priorité de l’action publique, alliant, en amont, une approche de prévention systématique et de proximité et en aval une approche de compensation/rattrapage visant à réintégrer les enfants non scolarisés et ceux en âge de scolarisation dans l’école.

Revoir le système d’orientation scolaire

L’orientation scolaire, telle qu’elle a été pratiquée et continue à l’être, n’œuvre pas dans le sens de réduction des inégalités scolaires. Bien au contraire, explique le CSE. Le sort des élèves est décidé par le jeu des classements de ces derniers en catégories (forts, moyens et faibles) pour les orienter vers les filières correspondant à ces classements.

C’est ainsi qu’à partir du collège, le sort des élèves est déjà décidé : « Ceux considérés comme excellents sont orientés vers les filières mathématiques et scientifiques, les moyens vers les lettres et sciences humaines, puis vers l’enseignement originel« .

Une étude menée par l’INE (Institut national d’éducation) en 2013 a révélé que l’orientation scolaire est fondée sur une approche de gestion du flux et sur la carte scolaire. La pression des effectifs des élèves ainsi que les déperditions, le faible encadrement par les conseillers d’orientation, les critères réducteurs pour orienter les élèves ainsi que les limites de l’information fournie aux élèves et à leurs familles sont autant de facteurs qui expliquent les limites du système d’orientation.

Lire aussiEducation nationale : Les détails du nouveau plan de Said Amzazi

Selon le CSE, un effort de communication et de pédagogie à destination des élèves et des familles les plus éloignées de la culture scolaire doit être mené. Cet effort ne peut être efficace sans une nouvelle vision fondée sur le soutien pédagogique continu, l’accompagnement de l’apprenant dans son projet personnel, et le renforcement de la culture du choix sur la base des motivations et des capacités.

Responsabiliser les chefs d’établissements

Le CSE estime en outre qu’aujourd’hui le chef d’établissement scolaire n’assume pas de responsabilités pédagogiques ou managériales. Or, pour espérer un quelconque changement, la centralité de la responsabilité du directeur dans l’accompagnement pédagogique des enseignants est centrale dans la solution des problèmes et dans la dynamisation de l’environnement scolaire.

Faire le choix de la responsabilisation des établissements nécessite une vraie marge de manœuvre du directeur « qui s’appuie sur un projet d’établissement et sur des mécanismes lui permettant de détecter, d’une manière précoce, les difficultés auxquelles sont confrontées les élèves« . Il s’agit également de conférer aux Conseils des établissements davantage de moyens humains et financiers leur permettant d’exercer leurs compétences.

Lire aussi : Éducation: Le Maroc, champion des inégalités

article suivant

Bilan du Plan Maroc Vert : Akhannouch poursuit son roadshow à Skhirat

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.