Le dernier jour d'un dictateur

Enquête. Sept ans après la révolution tunisienne, les circonstances du départ de l’ancien président Zine El Abidine Ben Ali sont loin de faire l’unanimité. Dans un récit exclusif, le site d’information Medias24, dirigé par Naceureddine Elafrite, reconstitue “les dernières heures qui ont précédé et suivi le départ de Ben Ali ”. On est le 13 janvier 2011, près de dix jours après la mort de Mohamed Bouazizi, quand Ben Ali perd tout contrôle sur la situation : “Dans une ville en couvre-feu, il reçoit une “arrafa” (voyante) sur l’insistance de sa femme. Il prononce ensuite son premier et dernier discours en arabe dialectal. Jusqu’à la dernière minute, ses collaborateurs ignoraient s’il irait jusqu’à dénoncer sa femme, sa famille et annoncer une procédure de séparation avec elle”, écrit Medias24. Un jour plus tard, 70 000 manifestants battaient le pavé devant le ministère de l’Intérieur, exigeant le départ du dictateur. “Dès le matin, Ben Ali avait ordonné à toute la famille de Leila de quitter le pays, de ‘changer d’air’, selon l’expression qu’il a lui-même utilisée”. Et d’ajouter : “Le pays étant sous couvre-feu et livré à l’autorité de…

article suivant

Reprise partielle de la distribution du magazine TelQuel