Le Maroc veut délimiter son espace maritime face aux Îles Canaries

Le Maroc a adopté deux textes de loi visant à délimiter son espace maritime au large du Sahara, face aux îles Canaries, et à "cimenter la tutelle" du royaume sur ces eaux, a-t-on appris de sources concordantes.

Par

Ces textes visent « à inclure l’espace maritime faisant face aux côtes du Sahara marocain dans l’arsenal juridique national », a déclaré jeudi soir le porte-parole du gouvernement Mustapha El Khalfi, à l’issue d’un Conseil du gouvernement à l’issue duquel les textes ont été adoptés.

L’objectif est de « cimenter la tutelle juridique du Maroc sur ces eaux et barrer la route à toutes les allégations remettant en cause la souveraineté du royaume sur cet espace », a expliqué El Khalfi, cité par l’agence officielle MAP.

Le royaume va ainsi procéder, grâce à des « technologies sophistiquées », « aux opérations techniques de délimitation des lignes de base au large de la mer territoriale du Maroc, de la zone économique exclusive et du plateau continental », selon la MAP.

L’un des textes adoptés « institue une zone économique exclusive de 200 milles marins (370 km) au large des côtes » du Sahara, a souligné le porte-parole du gouvernement.

Interrogée vendredi par l’AFP, une source diplomatique de haut rang a évoqué « une simple mise à jour du cadre législatif national sur le domaine maritime ».

« L’espace terrestre du Sahara a été intégré dans le corpus juridique national, l’espace maritime était resté en décalage », a expliqué cette source.

article suivant

De Berkane à Hambourg, le parcours (très particulier) de Aziz Bouhaddouz

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.