Le Maroc rappelle son ambassadeur à La Haye à cause de Said Chaou – Telquel.ma

Le Maroc rappelle son ambassadeur à La Haye à cause de Said Chaou

Le Maroc rappelle le 24 juin son ambassadeur à La Haye à cause de Said Chaou « trafiquant notoire » et « mercenaire de l’agitation », selon la diplomatie marocaine.

Par

Depuis avril, le Maroc interpelle les Pays-Bas sur le cas de Saïd Chaou. L’homme est associé au »Mouvement du 18 septembre pour l’indépendance du Rif », qui a écrit en juin dernier au SG de l’ONU qualifiant l’État marocain  de « force d’occupation » dans le Rif et revendique le « droit à l’autodétermination » du Rif. Mais surtout, Saïd Chaou « fait l’objet de deux mandats d’arrêt et une poursuite aux Pays-Bas pour trafic de drogue. Pourquoi n’est-il pas inquiété ? Pourquoi n’est-il pas arrêté« , s’interroge un officiel marocain qui poursuit : « Ca devient de la protection ou de la proximité« . Pour les autorités marocaines, ce natif du Rif « chercherait à ce venger du Maroc, car ses revenus provenant du trafic de drogue ont été asséchés« . Or le royaume tient à rappeler aux Pays-Bas qu’il est un « partenaire loyal« .

Par conséquent, et après deux mois d’échanges avec les autorités néerlandaises, le  Maroc rappelle « immédiatement  » pour consultation son ambassadeur à La Haye à cause de Said Chaou «  trafiquant notoire  » et « mercenaire de l’agitation  » nous apprend un communiqué du ministère des affaires étrangères (MAE) relayé par l’agence MAP le 24 juin. Au cours des deux derniers jours, « des contacts ont eu lieu entre les autorités marocaines et néerlandaises au niveau des Chefs de Gouvernement et des Ministres des Affaires étrangères, respectivement » au sujet des agissements « d’un trafiquant notoire d’origine marocaine résidant aux Pays Bas, et qui fait l’objet de deux mandats d’arrêt internationaux émis par la justice marocaine, pour « association de malfaiteurs » depuis 2010, et « trafic international de stupéfiants » depuis 2015 » explique le communiqué du MAE.

Sans le citer nommément, la même source indique que « des renseignements précis ont été communiqués, depuis plusieurs mois, aux autorités néerlandaises, sur l’implication de ce trafiquant dans le financement et le soutien logistique à certains milieux au Nord du Maroc  ». Saïd Chaou est ainsi accusé de financer illégalement le Hirak. La même source ajoute que le Maroc « ne saurait tolérer qu’un trafiquant notoire, dont il a réussi à assécher les ressources, agisse pour recréer une situation favorable à ses activités criminelles » surtout que le royaume « a toujours loyalement coopéré dans le domaine de la lutte contre le trafic de drogues » sur demande « insistante  » de l’Union Européenne et des Pays Bas. Le MAE abonde dans le même sens : « Il a été clairement signifié aux Autorités néerlandaises qu’il est impératif que des mesures concrètes et urgentes soient prises à l’encontre de ce trafiquant et mercenaire de l’agitation  »

Au vu de la situation actuelle « le Maroc se réserve le droit de tirer toutes les conséquences et implications qui s’imposeraient au niveau des relations bilatérales et de prendre les mesures notamment politiques et diplomatiques nécessaires » souligne le ministère. Ainsi le retour en poste de l’ambassadeur du Maroc à La Haye sera « examiné » par le Maroc « en fonction de l’évolution de ce dossier ».

Il est à rappeler que Said Chaou maroco-néerlandais exploite des coffee-shops aux Pays-Bas. Ce cinquantenaire est arrêté pour trafic de drogue en juin 2015 par les autorités néerlandaises, dans le cadre d’une opération conjointe avec les services français et espagnols, en possession de 140.000 euros en liquide et d’une compteuse de billets. Faute de preuve, la justice lui a finalement accordé la liberté sous contrôle judiciaire en décembre 2015. Said Chaou, militant du M18S, pourrait aussi en être le financier, au vu des moyens dont il dispose, d’après plusieurs observateurs rifains. Il est cousin du président de la région Tanger-Tétouan Al Hoceima et secrétaire général du PAM Ilyas El Omari.

Lire aussi : Said Chaou, l’indépendantiste rifain accusé de trafic de drogues finance-t-il le Hirak ?

article suivant

Le satellite espion Mohammed VI-B rejoint son tandem en orbite

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.