Abdelouafi Laftit défend au parlement la gestion du Hirak par l'Etat

Le ministre de l'Intérieur s'est finalement exprimé au parlement sur le Hirak du Rif. Abdelouafi Laftit n'en démord pas: les leaders du mouvement contestataire sont responsables de l'impasse actuelle.

Par

Le ministre de l'Intérieur Abdelouafi Laftit, le 6 juin 2017 au Parlement (Crédit: R. Tniouni)

Après avoir longtemps ignoré les appels des parlementaires à venir s’expliquer devant les élus de la nation sur la situation dans le Rif, le ministre de l’Intérieur a dû subir, ce mardi 6 juin, les tirs croisés et de la majorité et de l’opposition. Répondant à plusieurs questions orales d’actualité, Abdelouafi Laftit a une nouvelle fois chargé les leaders du Hirak, les accusant d’avoir entravé toute tentative de dialogue avec les autorités centrales du royaume.

« Le programme Al Hoceima phare de la Méditerranée répond aux revendications des populations à 90%, et dépasse de loin celles formulées par le Hirak », a déclaré Laftit devant les membres de la Chambre des représentants. Le ministre a interrogé son auditoire sur les « parties qui ont intérêt à faire perdurer le mouvement » malgré les engagements de l’État.

Devant les parlementaires, qui n’ont pas été tendres avec lui (notamment le groupe de l’Istiqlal et son président, le Rifain Noureddine Moudiane), le ministre de l’Intérieur a accusé les militants du Hirak de vouloir maintenir la tension, voire de véhiculer de fausses informations. Abdelouafi Laftit a par ailleurs rappelé que l’État est décidé à faire respecter la loi, sous la supervision de la justice.

Lire aussi: Le CNDH prépare un rapport détaillé sur le Hirak du Rif

« Personne n’a été arrêté dans le Rif pendant sept mois, sauf quand il a été question d’entraver la liberté de culte et d’insultes envers un imam« , a déclaré le ministre de l’Intérieur, en claire allusion à « l’assaut » de Nasser Zafzafi contre la Mosquée Mohammed V pour protester contre la teneur du prêche du vendredi 26 mai axé autour de la Fitna.

article suivant

Bank Al-Maghrib adopte de nouvelles mesures en faveur de l’accès au crédit bancaire