Journal des législatives #11: Carton plein pour Doumou à Qalaât Sraghna

Benkirane qui tacle de nouveau Elomari, le mea-culpa de M'barka Bouaida, le nombre d'irrégularités enregistrées et le meeting réussi d'Abdelali Doumou à Qalaât Sraghna. Voici la 11e édition du journal des législatives.

Par

Le secrétaire général du PPS Nabil Benabdellah et Abdelali Doumou à Qalaât Sraghna/ Crédit: PPS

Doumou devant un public conquis à Qalaât Sraghna

Le 3 octobre, le candidat tête de liste du PPS dans la circonscription de Qalaât Sraghna, Abdelali Doumou, a été accueilli en grande pompe par les citoyens de la ville. Des milliers de personnes sont venues pour entendre le discours de cet ancien membre dirigeant de l’USFP, qui a claqué la porte du parti socialiste en 2015 rejoignant les rangs du PPS.

Crédit: PPS
Crédit: PPS

Benkirane quittera la scène politique si son parti n’arrive pas premier dans ses élections

Abdelilah Benkirane s’est déplacé le 4 octobre à Tanger pour soutenir les candidats de son parti (Najib Boulif et Samir Abdelmoula, et en a de nouveau profité pour attaquer Ilyas Elomari. « Ilyas est un menteur, et ses mensonges ne l’emmèneront nulle part », a-t-il déclaré.

benkirane tanger

Pour Benkirane, « ceux qui participent au tahakoum (l’autoritarisme) veulent que les citoyens soient sous leurs pieds. C’est pour cela qu’ils fabriquent des dossiers et menacent des hommes d’affaires de redressements fiscaux. »

Le secrétaire général du PJD fait savoir que « la véritable bataille actuelle ne se joue pas entre un parti et un autre mais plutôt entre un courant et un autre ».

Outre ce meeting, Benkirane a également accordé une interview à la chaîne BBC Arabic, où il a déclaré que si sa formation « n’arrive pas première lors de ce scrutin, [il] quittera la politique ».

540 000 citoyens mobilisés lors de la campagne électorale

Lors d’une réunion tenue le 4 octobre avec les leaders des partis politiques, la commission gouvernementale de suivi des élections a indiqué que « le nombre des initiatives de communication organisées par les partis a atteint 9 100 activités et a mobilisé 540 000 participants ». Cela représente « le double du chiffre enregistré lors du scrutin de 2011 », poursuit la même source.

Les plaintes et articles relevant de présumées irrégularités s’élèvent à « 110 cas dans l’ensemble, lesquels ont été traités selon les dispositions de la loi, contre 490 cas enregistrés en 2011 et 1  240 lors des élections de 2015 ».

« L’entrée du RNI au G8 en 2011 était une erreur »

Dans une interview accordée à Al Massae dans son édition du 5 septembre, la ministre déléguée aux affaires étrangères et candidate RNI à Guelmim, M’barka Bouaida, a affirmé que « l’entrée du RNI au G8 (alliance entre huit partis politiques) en 2011 était une erreur ». « Nous ne devions pas entrer dans cette alliance. C’était une erreur dans la mesure où on ne peut pas entamer des alliances avant de connaître les résultats des élections. »

Concernant les partis avec lesquels le RNI pourrait s’allier à l’issue des élections du 7 octobre, Bouaida a indiqué qu’il n’y a « aucune ligne rouge ».

5 000 supporters pour Faouzi Chaâbi à Kénitra

L’outsider d’Aziz Rebbah à Kénitra, Faouzi Chaâbi a pu rassembler dans son meeting tenu le 4 octobre entre 5 000 et 6 000 personnes dans une salle couverte située près du quartier industriel de la ville. Lors de ce meeting, Ilyas Elomari, présent pour soutenir le candidat de son parti, s’est attaqué frontalement au PJD, l’accusant « d’avoir tout vendu dans ce pays ». Et d’ajouter : « Il est inconcevable qu’on lui accorde cinq années supplémentaires ».

https://www.youtube.com/watch?v=FhQaJzGRHkw

article suivant

Assemblée générale de l’ONU : avec El Othmani en porte-drapeau, le Maroc entame un ballet diplomatique virtuel